Affaire Babani Cissoko- Boubacar Djigué : Les Niamakala du Mali sollicitent le concours du Cherif de Nioro

Comme on le dit souvent « c’est dans les moments difficiles qu’on connait ses amis ». Une forte délégation des Niamakala du Mali s’est rendue Jeudi chez le Cherif de Nioro Mohamed Ould  Cheickna dit Bouyé en vue d’obtenir  son implication dans le contentieux   qui oppose Babani Cissoko à Boubacar. Etaient présents : M. Cheick Oumar  Soumano Président du RECOTRADE , Moctar Koné Vice President , Modibo Kouyaté et son épouse Tata Bambo Kouyaté, Cheick Oumar Diabaté, Djéli Mady Tounkara, Founè Bayini Camara, Léo Téréra, entre autres.   

Babani Sissoko

La semaine dernière l’Honorable Foutanga Sissoko a été expulsé  de son domicile par voie judicaire suite à une histoire de dette  qui le lie à Boubacar Djigué, un opérateur Economique de la place. Les Niamakala ont décidé d’intervenir.

C’était pour exprimer leur solidarité et leur soutien à Babani Sissoko, un des leurs puisque « niamakala » lui aussi et un grand bienfaiteur de la communauté à l’époque des vaches grasses.

Prenant la parole le Président Cheick Oumar Soumano du RECOTRADE  et son Adjoint Moctar Koné ne sont pas passés par le dos de la cuillère : « nous n’avons ni été chez le Président, ni chez le ministre, mais chez vous …»

Il s’agissait, à travers cette rencontre de demander au Cherif d’intervenir auprès du créancier Boubacar Djigué afin de donner un répit à Babani Cissoko, le temps qu’il s’acquitte de sa dette.    Les formules sempiternelles destinées à sensibiliser le leader spirituel n’ont pas manqué.

Le Cherif après avoir écouté ses visiteurs et sans rien promettre, leur a promis de s’impliquer dans la mesure de son possible.  « Je ne connais ni Babani, ni Boubacar Djigué », a-t-il dit, et d’ajouter que « grâce à Cheickna Hamaoula,  je ferai de mon mieux pour trouver  une issue favorable ». Enfin le Cherif promet à ses hôtes de revenir Samedi prochain et de ne manquer de leur côté, à jouer leur partition.

L’affaire, faut-il le rappeler,  remonte à 2007 avec la vente de l’Hôtel  Mariétou Palace. Babani affirme que son  notaire aurait remis à Me Tall par chèque la somme de 700 000 000 FCFA prélevée  sur la vente de l’Hôtel Mariétou Palace avec mandat spécial  pour désintéresser ses créanciers dont la liste et le montant des créances a été arrêtée par acte séparé .

L’honorable Foutanga Sissoko aurait promis à son créancier deux de ses maisons pour le compenser  avant  son verdict avec MeTall, mais ce dernier refuse en bloc cette proposition.

En attendant l’implication effective  de l’honorables Cherif, les affaires de Babani sont presque dans les rues de l’hippodrome pendant que lui-même aurait élu domicile dans un hôtel de la place.

A suivre

TC