Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Accord de réadmission Mali/UE : Ladji Bourama à la diaspora « je vous ai compris ! »

Dans son allocution aux Maliens de la diaspora, le chef de l’Etat malien Ibrahim Boubacar Keita a promis de tirer les conséquences de la situation créée par l’annonce du présumé accord de réadmission. Alors que le consul général du Mali en France a déjà été limogé, il faut s’attendre dans les jours à venir à des prises de décisions qui vont faire tomber des têtes du côté de Bamako.

ibrahim-boubacar-keita-ibk-mali

Alors que la diaspora malienne était montée au créneau suite à l’annonce d’un présumé accord de réadmission entre l’Union européenne et le gouvernement malien, le Président malien a assuré dans son allocution aux Maliens de l’extérieur qu’il y aura des conséquences. « Vous contribuez grandement aux efforts de développement de notre pays…J’ai entendu votre message ! J’ai pris la mesure de vos frustrations, j’en tirerai très bientôt toutes les conséquences », a dit en substance le chef de l’Etat. S’adressant directement à ses concitoyens qui ont occupé le consulat en France, IBK semble ne pas vouloir s’arrêter là.

Le Président de la république avait déjà pour commencer, limogé le consul général qu’il a accusé d’avoir mal géré l’occupation des locaux du consulat par les maliens de la diaspora. Il répond ainsi aux requêtes des Maliens de la diaspora qui exigeaient entres autres, « la démission du ministre des affaires étrangères et celui des maliens de l’extérieur, le rappel des agents maliens en Europe pour l’identification des maliens ». Le président IBK pourra t-il satisfaire ses concitoyens dans les détails ?

Ces derniers frustrés par l’accord de réadmission et l’attitude des agents du consulat à Paris n’ont pas manqué de temps pour s’exprimer. « Au regard de l’apport des maliens de l’extérieur dans la lutte contre le chômage au Mali, et des conséquences que peut engendrer un retour massif de migrants maliens, nous demandons aux autorités maliennes de renoncer à l’application dudit accord », a rendu public le collectif Bi-Ton, qui regroupe une quarantaine d’associations maliennes engagées. Selon son président Séga Diarrah, la diaspora africaine pèsera près de 200 milliards de dollars en 2020 et le Mali avec près de 20% de sa population en Europe ne pourrait que bien en profiter.

L’accord de la discorde

L’annonce de l’accord a fait grand bruit en Afrique et dans le monde entier. Mais on pourrait se demander s’il est réel, puisque les autorités maliennes n’ont pas arrêté d’en démentir la signature. L’accord a été annoncé par le ministère des affaires étrangères des Pays-Bas.

« C’est la première fois que l’UE établit des engagements aussi précis avec un pays africain à propos du retour des demandeurs d’asile refusés », a indiqué un communiqué du ministère néerlandais des Affaires étrangères. Signé par le chef de la diplomatie néerlandaise, Bert Koenders, qui a paraphé le document au nom de l’UE avec son homologue malien Abdoulaye Diop.

Dans ses termes, l’accord prévoit un rapatriement massif. En effet, il devrait permettre de rapatrier les maliens demandeurs d’asiles et autres migrants maliens installés de manière irrégulière en Europe. Pour ce, lit-on dans le communiqué de l’accord, « des fonctionnaires maliens se rendront dans les pays membres de l’UE pour aider à déterminer l’identité des migrants, afin d’accélérer leur retour ».

Mais seulement, après l’annonce et face à la vague de protestation intérieure et extérieure, les autorités maliennes ont passé jusqu’à ce jour leur temps à démentir l’accord. Le gouvernement dénonce un malentendu et dit que cet accord n’engage en rien l’Etat malien. Il annoncera de surcroît, qu’il n’accueillera pas de ressortissant refoulé et ne disposant pas de ”laissez-passer maliens”. Des démentis qui ne calment par les tensions.

 

Source : latribune

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct