Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Abdrahamane Sylla face aux maliens de l’extérieur : le réveil tardif d’un ministre fainéant

Aveux ou excuses ? Les propos qu’il a tenus devant les Maliens de France courant semaine dernière prouvent à suffisance qu’Abdrahamane Sylla, le ministre des Maliens de l’extérieur, n’avait jusque-là aucun contact avec ces hommes dont il est censé plaider la cause à travers le monde.

abdrahamane-sylla-ministre-maliens-exterieur-discours

 Le Premier ministre m’a instruit de vous rapprocher pour enregistrer vos doléances. C’est en ces termes qu’Abdrahamane Sylla a abordé son intervention ce samedi 24 décembre face à des centaines de Maliens au consulat du Mali en France.

Dans ce même pays et au même département 93, le ministre Sylla avait rencontré la veille (le vendredi 23 décembre) d’autres Maliens à la mairie de Montreuil. Le visiteur avait une seule mission : expliquer et convaincre les Maliens de la diaspora sur la non-signature d’un accord et enregistrer l’ensemble de leurs revendications.

En avouant être instruit par le Premier ministre pour effectuer ce déplacement, le ministre Abdrahamane Sylla prouvait encore aux yeux du monde qu’il n’avait aucun contact avec la diaspora depuis sa prise de fonction en septembre 2013. Cette vérité, des Maliens de la diaspora le lui ont fait savoir.

Vous êtes venus ici en France en novembre 2013, nous vous avions rencontré à l‘hôtel pour vous étaler nos doléances. Nous vous avions aussi dit que nous allions protester, mais vous nous avez priés de surseoir en soutenant que le gouvernement venait de s’installer et que la situation du pays était très fragile. Nous avions alors décidé de surseoir à notre protestation sur votre promesse de donner satisfaction à nos doléances dans un bref délai, mais depuis lors on ne vous avait plus revu. Notre calvaire continue ! Ces propos sont de Tapo Konté en direct dans une vidéo sur les réseaux sociaux  lors de la visite du ministre Sylla au consulat.

Tapa Konté est le porte-parole du Collectif Mains propres qui, jusqu’à ce jour, assiège le consulat du Mali. En clair, le problème n’est plus la question du présumé accord de réadmission. La diaspora malienne en a tout simplement profité pour mettre à exécution ce qu’elle voulait depuis très longtemps.

Face au ministre Sylla, sur les réseaux sociaux, les expatriés maliens évoquent surtout le manque de sérieux dans le travail effectué par le consulat. La corruption des agents du consulat, l’accès difficile à la carte Nina et la question du passeport biométrique, sont d’autres difficultés auxquelles des Maliens en France sont confrontés.

Dans la gueule du loup

J’ai le reçu de ma carte Nina depuis 2 ans mais je n’arrive pas encore à l’avoir, confie une source depuis la France. Une autre ajoute : J’ai ma carte d’identité délivrée par le consulat, mais la carte ne porte les noms d’aucun de mes deux parents alors que je leur ai fourni tous les documents nécessaires pour ce faire. Le Collectif Mains propres demande un nettoyage complet au sein du personnel du consulat.

Au consulat en France, le ministre Sylla, toujours dans les différentes vidéos,  s’est dit surpris d’apprendre les difficultés soulevées par la diaspora : Si c’est vrai que vous êtes dans ces conditions ici, vous êtes dans vos droits de protester, a-t-il dit dans différentes vidéos dont les contenus sont exclusivement en langue bambara.

S’agit-il là d’aveux ou d’excuses du ministre Sylla ? Dans les deux cas, le ministre des Maliens de l’extérieur s’avère un abonné au farniente.

La présence du ministre Abdrahamane Sylla au consulat du Mali en France n’était pas du tout prévue dans son agenda. Ayant appris la présence de la délégation ministérielle sur le sol français, le Collectif Mains propres avec la bénédiction de beaucoup d’autres Maliens, a pris le consulat en otage le vendredi 24 décembre. Ils y seront accueillis par le vice-consul, un certain Doumbia, qui leur suggéra d’aller voir le ministre en question qui, en ce moment même, présidait une rencontre avec d’autres Maliens à la mairie de Montreuil. Niet des manifestants : C’est au ministre de venir nous voir, ont-ils dit selon une source que nous avons contactée sur place.

A la mairie de Montreuil, le ministre a fini sa conférence dans des conditions cahoteuses. Les expatriés maliens venus l’écouter avaient failli découdre avec la délégation ministérielle qui s’est retirée à temps pour éviter le pire. C’est au lendemain de cette rencontre à la mairie de Montreuil que le ministre s’est rendu le samedi 24 décembre au consulat qui était déjà pris en otage par des manifestants.

Ils veulent que satisfaction soit donnée à leurs doléances et demandent la démission pure et simple des ministres Abdrahamane Sylla, Abdoulaye Diop et Me Mountaga Tall. Le consulat était encore pris en otage au moment où nous mettions sous presse.

Djibril  Samaké

 

Encadré

Non, fainéant n’est pas une insulte !

A l’entendre dire d’une bouche en colère, le mot pourrait “fainéant” avoir  tout le sens d’une insulte. Mais étymologiquement, ce n’est pas le cas et nous ne pourrons l’employer que dans ce sens précis.

Dérivé des mots fait et néant, le mot fainéant comme nom définit celui ou celle qui ne veut rien faire. Le mot a aussi comme synonyme inactif ou inactivité qui, à leur tour, décrivent celui qui est ou a été absent. Eh bien le ministre Abdrahamane Sylla a été très absent auprès des Maliens de l’extérieur. Et ça ne saurait être une injure de lui coller l’épithète de ministre fainéant !

Source : La Sirène

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct