Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

4 000 tonnes de céréales et plus d’un milliard de francs CFA pour sauver des milliers de personnes menacées de famine au Pays Dogon : Le CAJPD appelle à la solidarité de tous

Le collectif des Associations de Jeunes du Pays Dogon (CAJPD) a tenu une conférence de presse le samedi 4 mai 2019 dans la salle de conférence de la maison de la presse. L’objectif : attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur l’urgence de la situation humanitaire en Pays Dogon. C’était sous l’égide de Adaman Diongo, président dudit collectif en présence de plusieurs notabilités.

 

Alerter l’État, les organisations nationales et internationales, la communauté internationale ; collecter  des fonds et des céréales pour venir en aide aux victimes de l’insécurité dans la zone exondée de Mopti, …tels sont entre autres les missions que le collectif des Associations de Jeunes du Pays Dogon (CAJPD) s’est assignée. Ce collectif qui , à travers des dons de nourriture , d’habits, d’argent aux déplacés ainsi qu’à toute autre victime de l’insécurité au pays Dogon, …est déterminé à faire plus en invitant l’État , la communauté internationale, et toutes les bonnes volontés à venir en aide à ces centaines de familles menacées de famine.

Présent à la conférence, Mamoudou Ziguimé, l’élu de la commune de Baye dans le cercle de Bankass a déploré les multiples attaques au pays dogon. Sans détour, le président de la section Yelema de Bankass fustige le silence des autorités maliennes sur les récentes attaques au Pays Dogon, notamment dans sa commune où il y’a eu  plus de 4 cas dans deux jours. « Nos populations souffrent énormément ; elles sont victimes des attaques et maintenant, c’est la famine qui leur guette. Je lance ici un cri de détresse », dit-il très froissé.  Avant de conclure, Mamoudou Ziguimé a invité toutes les bonnes volontés à accompagner le  CAJPD pour sauver ces milliers de  citoyens.

Dans son intervention, le président du Collectif des Associations des Jeunes du Pays Dogon, Adaman Diongo, a déploré  que les hivernages aient  été successivement perturbés dans 42 communes du Pays Dogon ces trois dernières années.  Selon lui, le  cumul du déficit céréalier fait craindre aujourd’hui « une catastrophe alimentaire » dans les cercles de Bandiagara, Bankass, Douentza et Koro.

À en croire le président de CAJPD, 860 points d’eau sont non fonctionnels dans les cercles de Bandiagara, Bankass, Douentza et Koro. Face à toutes ces menaces, le collectif dirigé par Adaman Diongo estime la solidarité nécessaire envers ces populations victimes de la crise. « Pour prévenir ce désastre humanitaire, le collectif CAJPD tire la sonnette d’alarme pour alerter l’opinion nationale et internationale afin qu’un élan de solidarité puisse rapidement se construire et soutenir ces populations qui manquent de tout », dit-il dans son discours.

54 000 personnes menacées de famine au Pays Dogon

Le Collectif des Associations des jeunes du Pays Dogon donne un chiffre inquiétant des personnes menacées de famine au Pays Dogon. Selon Diongo, des centaines de déplacés fuyant les tensions ont trouvé refuge dans les villages, communes et  cercles voisins. «  Le collectif des Associations de jeunes du Pays Dogon a pu comptabiliser plus de 54 000 personnes en risque de famine au Pays Dogon », révèle-t-il avant d’indiquer qu’il y’a 35 844 déplacés, 3 893 ménages d’accueil  et 14 625 personnes assiégées.

Près de 3000 déplacés enregistrés en dehors de la région de Mopti

Selon le conférencier, son collectif a enregistré près de 3000 déplacés du Pays Dogon  qui ont quitté la région de Mopti et se sont installés  dans les autres régions et à Bamako. Adaman Diongo affirme qu’il y’a 1186 déplacés à Bamako, 175 à Niamana et 1011 à Faladié ; 202 à Tinkélé dans la commune de Oulessebougou ; 367 à Siramana, Selingué ; 320 à Kléla, Sikasso ; 280 à Koutiala ; et 300 à Koury dans le cercle de Yorosso .

Des dizaines de villages sans activités agro-pastorales 

Selon le  conférencier, des dizaines de villages dans les quatre cercles du Pays Dogon n’ont pas cultivé trois années durant. « Aujourd’hui, plus de 40 villages et 70 hameaux n’ont pas pu cultiver dans les 4 cercles du Pays Dogon et plus de 14 625 personnes sont assiégées et sont directement en risque de famine d’ici quelques mois », laisse-t-il entendre. Et d’ajouter que  dans les cercles de Koro et de Douentza, les besoins des gens se sont intensifiés depuis janvier 2019. «  D’ailleurs, des villages entiers sont assiégés par des mines anti personnelles, rendant totalement impossible toute activité agro-silvo-pastorale », déplore le président de CAJPD

Ce qu’envisage le CAJPD pour aider ces milliers de personnes victimes de la crise

Pour Adaman Diongo, les localités touchées par la famine  doivent être soutenues pendant plus de 10 mois. «Le besoin est de 4 000 tonnes et nécessite plus d’un milliard de francs CFA », a-t-il précisé  devant une salle pleine à craquer. C’est pourquoi, selon lui , son collectif envisage entre autres de : lancer une campagne de collecte de fonds pour financer un programme de 328 000 000 destiné à soutenir pendant 6 mois 54 000 personnes ; d’acquérir des parcelles agricoles de maraichage dans la périphérie de Bamako afin de les mettre en œuvre au profit des femmes déplacées ; d’aménager et exploiter 40 hectares mis à la disposition par un opérateur économique .

Boureima Guindo

LE PAYS

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct